Suivre les prises de positions des élu –e-s sur le projet de franchissement de Seine – et les décrypter – compte parmi les actions fondatrices d’Athis-Pont Non. Nous ne pouvions manquer de réagir au dernier journal d’information municipal « L’Athégien ». On peut lire pages 8 et 9 ( http://www.mairie-athis-mons.fr/…/2019-131/athegien-n131_11… ) que le bilan de la concertation est « en demi-teinte ». Nous ne pouvons cautionner ces propos. Si l’on peut se féliciter du rapport de la garante de la concertation, exhaustif et honnête, dont les conclusions mettent en avant, entre autres, « la demande de transports en commun » ou « les impacts conséquents du projet sur la Ville d’Athis-Mons », il en est totalement autrement des délibérations du Conseil Départemental du 30 septembre dernier et du vote du rapport sur le franchissement de Seine, adopté ce jour-là.

Madame la Maire a déjà tenté d’expliquer son abstention lors de notre assemblée générale du 11 octobre dernier, et elle le refait dans ce journal municipal.

Si notre rôle n’est pas de commenter les positionnements politiques de nos élu-e-s, nous souhaitons, tout de même, une petite mise au point. Non, le département n’a pas pris en compte les préoccupations environnementales et la place des transports en commun. S’il a accepté de supprimer « le paragraphe décidant que l’ouvrage devra permettre un usage pour tous les modes de transports (dont camions et voitures) », il ne dit pas qu’il n’y aura pas de voitures et de camions. (comment cela serait-il possible pour un franchissement finalisant une liaison A6/N6/N7/A10/A86/N104 ?). Si le Département a supprimé de sa délibération une phrase sur la rentabilité socio-économique de l’ouvrage, il serait naïf de penser que ce critère n’est pas toujours de mise, car il serait réintroduit de-facto par la Déclaration d’Utilité Publique.

Si le Département a pris l’engagement « d’étudier la manière de réserver cette infrastructure à des usages spécifiques pour limiter les nuisances » et de « prendre en compte les innovations futures des modes de déplacement pour limiter les impacts pour l’environnement et la santé des riverains », nous continuons d’affirmer que « LIMITER » ne suffit pas : nous ne tolérerons aucune nuisance et impact sur la santé !!!!

Si pour Madame la Maire cette « abstention ne constitue pas une validation du projet initial », nous rappelons que le projet demeure bel et bien un viaduc routier et non pas une desserte locale. Nous réaffirmons ici notre opposition totale à ce projet. Les études qui vont être menées par le Président du département de l’Essonne, François DUROVRAY, portent sur le projet qui a soulevé tant d’opposition lors de la réunion publique à Athis-Mons, projet simplement amendé à la marge. Un mince enrobage ne saurait ni nous leurrer ni nous satisfaire. A croire que les élus n’ont pas perçu la forte opposition des Athégiens.

Le Département se moque de nous, ne le laissons pas faire. Nous ne sommes pas indécis; aucune ambiguïté, le pont du Département, c’est NON ! Le viaduc, c’est non !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *