Retour sur un sondage interprété par le Département de l’Essonne….

Nous vous l’avions promis ; en cette période de sondages, nous revenons sur celui de l’été dernier (commandé/payé par le conseil départemental de l’Essonne et celui du Val-de-Marne) pour habiller l’orientation désirée de l’opinion publique… et concourir à préparer le terrain…

Il importe ici de préciser que nous ne revenons pas sur la nature et la qualité du sondage mené auprès d’un panel de 2 208 habitants des deux rives de la Seine par l’institut OpinionWay, mais bien sur la communication et l’interprétation de ce sondage.

Pour rappel, le Président de l’Essonne aime à rappeler régulièrement :

« les personnes interrogées répondent oui à 84 % à la question « Un franchissement supplémentaire de la Seine grâce à la construction d’un nouveau pont permettrait-il d’améliorer la circulation ? … »

Présenté comme ça, on pourrait dire : « pensez-vous que la pluie peut mouiller? »

Nous avons donc confié le dossier à un expert qui nous a donné, en toute objectivité oblige, son analyse du sondage; et… la vérité est un peu différente des messages relayés par le Président de l’Essonne.

  • Tout d’abord, il convient de noter qu’il s’agissait d’un sondage d’opinion, donc en l’espèce le niveau d’exigence était peu élevé techniquement.
  • Pour près de 2 200 personnes interrogées sur 21 villes; environ 100 personnes par ville ! en moyenne (à renvoyer/comparer au dernier sondage réalisé par le Parisien avec 5.445 votes dont 2.560 contre le pont!…). Le dossier qui nous a été remis par le Conseil Départemental ne précise pas si l’institut de sondage a affecté des coefficients en fonction des zones géographiques des sondés (ce qui dans le cadre de ce sondage aurait bien entendu beaucoup de sens).
  • Par ailleurs, seulement 23% des interrogés considèrent que la circulation est difficile avec des questions du type « est ce que selon vous la circulation est difficile en centre ville…? »… Evidemment la réponse est « oui » et n’a rien à voir avec le projet mais ce type de questions préalables « préparent » (orientent/influencent) le sondé (tous les professionnels des instituts de sondages connaissent parfaitement cette pratique).

Autrement dit, si la commande du Département était d’obtenir un résultat favorable au pont, son interprétation des chiffres a bien été au rendez-vous. Nous ne reviendrons pas sur le coût du sondage mais pour autant, son « moindre » coût (payé par les contribuables) peut sous-entendre qu’il a été livré sans analyse; libre dans ce cas au commanditaire et différents relais d’opinion d’interpréter à leur guise les éléments qu’ils sélectionnent. Autre élément troublant dans les chiffres lorsque nous constatons que très peu de sondés ont répondu aux questions par « très difficile» (circulation) alors même que les chiffres présentés sont à chaque fois sur des crêtes.

En résumé, le sondage dit quoi? que les essonniens sondés :

  1. attendent autre chose qu’un franchissement routier,
  2. indiquent que les jeunes ne sont pas dans une vision routière,
  3. disent que les questions de la pollution, de la santé et du respect de l’environnement sont plus prégnantes pour les habitants que la communication du sondage de le disait.

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *